Papineau Avocats Inc.

Pour des réponses à vos questions et des conseils efficaces afin de solutionner vos litiges ou prévenir d'éventuels conflits.

Papineau Avocats Inc.

Les animaux en condo

Posséder un animal domestique ne cause pas vraiment d’inconvénients lorsqu’on habite dans une maison unifamiliale, mais il peut en être tout autrement en condo, où les droits individuels et collectifs doivent constamment coexister en harmonie pour le bien de la copropriété.

Vérifications avant l’achat

Tout nouvel acheteur devrait bien vérifier si la déclaration de copropriété et les règlements de l’immeuble permettent la possession d’un animal de compagnie et dans l’affirmative, à quelles conditions et quel animal.

Si la déclaration permet d’avoir un animal, l’acquéreur d’un condo qui a des problèmes reliés à la présence d’animaux (allergies, odeurs, bruit, etc.) devrait bien réfléchir à sa décision d’achat. En effet, l’acquéreur d’une fraction de copropriété ne tient habituellement pas à inaugurer sa vie de copropriétaire par une bataille juridique avec le syndicat.

Lorsqu’un règlement interdit complètement la présence d’animaux, les tribunaux ont décidé, à quelques reprises, que certaines clauses les prohibant n’étaient pas justifiées par la destination de l’immeuble et ont ainsi été déclarées invalides. Il est donc plus prudent pour l’acquéreur qui a un animal domestique d’éviter les copropriétés où celui-ci n’est pas le bienvenu. Par contre, l’acheteur qui ne désire pas voir des animaux de compagnie dans son entourage ne doit pas être rassuré du fait de la présence d’une telle clause dans la déclaration de copropriété. Il faut souligner que l’expérience révèle qu’elles sont rarement respectées lorsque trop restrictives et que les juges les ont souvent déclarées invalides. Faites-en vérifier la légalité par un professionnel compétent.

Le futur acheteur qui constate que la déclaration de copropriété restreint la présence d’animaux, les interdisant même dans les parties communes, sauf aux fins d’entrée et de sortie, devrait être rassuré. Les animaux domestiques qui ne dérangent pas les copropriétaires devraient être acceptés dans la copropriété, à l’intérieur des bornes des parties privatives. Ainsi, on assure la quiétude dans la copropriété tout en respectant le droit de chaque copropriétaire de cohabiter avec son animal préféré

Un nouveau règlement : modification totale ou partielle ?

Lorsqu’il s’agit simplement de réglementer la possession ou la présence d’animaux sans vouloir les interdire complètement, ces décisions sont prises à la majorité des copropriétaires présents ou représentés à l’assemblée générale. Il est fréquent de plutôt réglementer la présence d’animaux ou leurs déplacements dans les parties communes, ce qui peut alors s’avérer le meilleur compromis pour tous les résidents.

Si le règlement vise plutôt la prohibition d’animaux dans l’immeuble alors qu’ils étaient auparavant permis (ou la présence de ceux-ci alors qu’il y avait une interdiction complète) et que ce nouveau règlement ne reflète pas l’intention initiale des copropriétaires et de la déclaration de copropriété, cela pourrait être un amendement à la destination de l’immeuble comprise à l’acte constitutif de la déclaration de copropriété. En vertu du Code Civil du Québec, pour qu’une telle modification soit valide, la majorité des voix requises est le trois quart des copropriétaires, représentant 90 % des voix de tous les copropriétaires inscrits au registre de la copropriété (présents ou non à l’assemblée). Un amendement de la sorte serait donc beaucoup plus difficile à obtenir.
Une exception à ce principe : dans les cas où la copropriété divise a été établie avant le 1er janvier 1994, la déclaration de copropriété qui prévoit la règle de l’unanimité (100 % des copropriétaires) pour les décisions visant à changer la destination de l’immeuble doit continuer à recevoir application.

Animal nuisible

Il est bien important de se rappeler que les administrateurs n’ont pas une discrétion absolue et qu’ils doivent être très prudents dans l’adoption d’un règlement visant spécifiquement un animal problématique. Malgré tout, si les circonstances font en sorte qu’un animal en particulier devient nuisible et suffisamment dérangeant pour l’ensemble des copropriétaires, les administrateurs seront alors justifiés de prendre les mesures nécessaires afin que la présence de l’animal cesse de porter atteinte aux droits des copropriétaires.

Conclusion

En conclusion, il est donc primordial de vérifier le contenu de la déclaration de copropriété et des règlements ainsi que les modifications apportées au fil des ans afin de prendre une décision éclairée lors d’un nouvel achat. Ceci permettra au nouveau copropriétaire d’avoir la tranquillité d’esprit et de jouir de façon complète de son condo, avec ou sans animal.

 

Quoi de neuf ?

  • Bibliothèque de Brossard

    Sur le thème de la vie en copropriété, mercredi le 24 janvier 2018 à 19h, Me Papineau animera une des « Belles Soirées » de la bibliothèque de Brossard Georgette Lepage.

  • L'Assemblée Générale Annuelle

    Les samedis 17 février et 10 mars 2018, dans le cadre des ateliers organisés par le RGCQ, deux journées consacrées à l'AGA des copropriétaires. Mᵉ Papineau animera celle du 10 mars.

  • Grande journée de la copropriété

    Samedi le 14 Avril 2018 de 8:30 à 16:00, Mᵉ Papineau sera conférencier à l'université Laval de Québec pour la Grande journée de la copropriété.

  • Administrateur de condo, tout ce qu'il faut savoir

    Une édition 2017 revue et mise à jour de ce livre de Mᵉ Papineau, paru en 2012, est maintenant disponible chez Wilson & Lafleur.

Chroniques

  • Une garantie qui laisse place à l'interprétation

    Par Yvan Lamontagne, à La facture(21 février 2017) La vidéo de cette émission de La Facture est...

    Lire la suite...

  • L'avis d'hypothèque légale du syndicat des copropriétaires

    par Mᵉ Maxime Laflamme, Papineau Avocats Inc. Un copropriétaire fait défaut d’acquitter ses...

    Lire la suite...

  • Colloque franco-québécois sur la copropriété (sept. 2016)

    C’est à l’hôtel St-James à Montréal que s’est déroulé les 29 et 30 septembre dernier le colloque...

    Lire la suite...

  • Copropriété: un secteur aux débouchés intéressants

    par Philippe Samson, le Journal - Barreau du Québec, octobre 2016 Dans un contexte où l’emploi...

    Lire la suite...

Vidéos

  • Les vices cachés

    Mᵉ Serge Abud est invité à l'émission radiophonique "Les éclaireurs". Découvrir que la maison que...

    Lire la suite...

  • AirBnB: vérifier la déclaration de copropriété

    Mᵉ Serge Abud de Papineau Avocats Inc. explique les conséquences légales de la location de votre...

    Lire la suite...

  • La Facture: Condos sans plans de structure

    Le 7155 ave. M.B. Jodoin Anjou (Qc). Mᵉ Papineau intervient à titre d'expert invité dans cette...

    Lire la suite...